•   53bis rue de la Roquette - 75011 Paris   |   1115 Broadway, Suite 1115 New York, NY 10010
  • Retour sur le 7ème Rendez-vous de l’Image de Strasbourg

    Retour sur le 7ème Rendez-vous de l’Image de Strasbourg

    Le RDVI a exposé une soixantaine de photographes reflétant les tendances actuelles de la photographie et le prix photo a récompensé trois photographes.
    Philippe Gassmann, Directeur Général du laboratoire Picto était membre du jury, aux côtés d’Ambroise Tezenas en qualité de directeur artistique.

    Les lauréats 2017 du prix photo sont Sadegh Souri, Jean-Pierre Attal et Vincent Muller.

    « Waiting Girls » de la photographe Sadegh Souri

    © Sadegh Souri

    © Sadegh Souri

    En Iran, la peine de mort est infligée aux enfants pour des crimes tels que le meurtre, le trafic de drogue et le vol à main armée. Selon la loi pénale islamique, l’âge auquel les filles sont tenues pour responsables de leurs crimes est 9 ans, alors que les conventions internationales ont interdit la peine de mort pour les personnes de moins de 18 ans. En vertu de l’adoption de nouvelles lois ces dernières années, Le système judiciaire détient les enfants dans le Centre de correction des jeunes délinquants après leur verdict. Ceux qui ont des crimes mineurs à leur actif sont libérés après avoir passé leur mandat et ceux qui sont condamnés à mort sont pendus après avoir atteint 18 ans si les plaignants ne retirent pas leur plainte. S’ils la retirent certaines des filles sont libérées. Elles vivent leur vie normale maintenant.

    « Paysages nucléaires » de Jean-Pierre Attal

    © Jean-Pierre Attal

    © Jean-Pierre Attal

    Le démantèlement nucléaire comme perspective.

    « Depuis 1960, cinquante-huit réacteurs nucléaires ont pris place dans le paysage français.
    Implantés sur une vingtaine de sites, ils arrivent aujourd’hui progressivement au terme de leur durée d’exploitation. La question du démantèlement de ces installations devient désormais incontournable.

    Dans un premier temps, l’État via EDF, va s’engager dans le programme « grand carénage » destiné à prolonger de 20 ans la durée de vie des centrales. Le démantèlement du parc nucléaire français commencerait donc au plus tôt en 2038. Combien de temps prendra-t-il? Les techniques de déconstruction et de stockage des déchets sont-elles opérationnelles? Les contraintes politiques, économiques, sociales, seront-elles maîtrisées?

    La série « paysages nucléaires » vient mettre en images ces questions. Cette libre interprétation d’un avenir dénucléarisé prend la forme de diptyques. À gauche une image qui s’inscrit dans la tradition de la documentation photographique : la centrale toute puissante qui s’impose et sature le paysage. À droite une photographie fictionnelle qui pour l’instant figure un scénario surréaliste : l’évanouissement de la centrale dans un futur indécis.

    Les « paysages nucléaires » mettent en perspective un avenir nucléaire incertain. Parviendrons-nous à rendre les sites vierges de toute trace de radioactivité ? Verrons-nous les paysages imaginés dans cette série? » Jean-Pierre Attal

    « Pause » de Vincent Muller

    « Pause » de Vincent Muller

    « Pause » de Vincent Muller

    Ce n’est plus vraiment l’été et pas encore l’hiver. Ce sont ces quelques jours de transition que les saisonniers, touristes et autres humains ont choisi pour déserter les stations d’altitudes. On a le sentiment que quelqu’un a appuyé sur pause, tout en laissant la nature se mouvoir. Les ruisseaux continuent de couler, les nuages de voyager ou encore la luminosité de changer. Seul quelques ouvriers demeurent, sans doute chargés de réparer deux ou trois bricoles, avant le retour de la civilisation. Cette ambiance où le temps s’est arrêté est éphémère : les moteurs des touristes grondent déjà au fond de la vallée.

    Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePin on PinterestShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedIn

    Comments are closed.