•   53bis rue de la Roquette - 75011 Paris   |   1115 Broadway, Suite 1115 New York, NY 10010
  • Maxime Zhang présente « Photographies au gélatino-bromure (2010-2016) »

    Maxime Zhang présente « Photographies au gélatino-bromure (2010-2016) »

    Du 25 janvier au 4 février 2017

    © Maxime Zhang

    © Maxime Zhang

    Quand il quitte son Zhejiang natal en 1983, Maxime Zhang fait en sens inverse le voyage des premiers photographes européens venus en Chine exploiter le tout nouveau daguerréotype. Comme eux, il entend faire commerce en terrain neuf, en l’occurrence dans le domaine du prêt-à-porter. Heureux en affaires, le voici mécène de l’artiste qu’il est aussi. Car Maxime Zhang est peintre, auteur d’une production exposée et reconnue, louvoyant entre l’abstraction et la nouvelle figuration.
    Sa passion pour la photographie trouve son origine dans la beauté des appareils anciens, nés du génie d’opticiens et du talent d’ébénistes, nobles jalons d’une invention bientôt bicentenaire et d’ores et déjà acquise à l’électronique.
    A la tête d’une belle collection d’appareils et d’objectifs de toutes époques, Maxime Zhang a voulu rejoindre l’image mécanique au moment où, dans les années 1870, le gélatino-bromure se substitue au peu commode collodion pour se coucher sur la plaque de verre disposée au fond de la chambre noire.

    © Maxime Zhang

    © Maxime Zhang

    Maxime Zhang, n’invente rien, au contraire, il retrouve les recettes laissées par des chercheurs nommé Gaudin, Maddox ou Mawdesley, et comme Bennett et Monckhoven, leurs suiveurs, il s’ingénie à augmenter la sensibilité de ses plaques, à se rapprocher du vieux rêve de l’instantané. Ayant enfin rendu à ses chers appareils de jadis les plaques fraîches qu’ils ont connues, l’artiste devenu chercheur pouvait prendre le relai de ses glorieux devanciers prêts à parcourir le monde et à en faire partager les beautés. Pourtant, le fac-simile et le pastiche puisés aux inspirations d’un Eugène Atget ou d’un Giorgio Sommer sont autant de plaisirs faciles auxquels se refuse Maxime Zhang.
    Visités en ce début du XXIème siècle avec la curiosité des voyageurs du XIXème, la Chine médiévale, le brouillard de Londres ou les ruelles de Quimper renoncent à leur vocation de cartes postales pour rentrer dans le jeu très contemporain d’un plasticien habile à tirer profit des aberrations optiques et des surprises chimiques, comme si la matière vive du gélatino-bromure de ses plaques partageait avec l’huile de ses toiles le pouvoir ineffable de transcrire ses contemplations d’artiste.
    Texte : Hervé Le Goff

    © Maxime Zhang

    © Maxime Zhang

    Tirage Expo PICTO
    Type de fabrication : Tirage Argentique sur papier RC satiné, collage dibond 2 mm

    Envie d’en savoir plus sur le type de fabrication de cette expo : www.picto.fr/service-sur-mesure

    Le laboratoire Picto aide les photographes professionnels pour la réalisation de leurs expositions, des tirages à l’accrochage, en passant par les finitions et l’encadrement

    Du 25 janvier au 4 février 2017
    Lieu : Mairie du 3e arrondissement de Paris
    2 Rue Eugène Spuller
    75003 Paris

    Découvrez d’autres expositions photo :
    L’exposition « Haïti » de Corentin Fohlen à la Fisheye Gallery
    L’artiste VAM expose « Ad Vitam Æternam »

    Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePin on PinterestShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedIn

    Comments are closed.