•   53bis rue de la Roquette - 75011 Paris   |   1115 Broadway, Suite 1115 New York, NY 10010
  • PassagePhoto est au Parc Montsouris

    PassagePhoto est au Parc Montsouris

    Du 26 juin au 25 août 2016

    PassagePhoto est au Parc Montsouris

    Dimanche 26 juin 2016, l’association PassagePhoto inaugure le troisième opus de son exposition annuelle, pour la première fois à Paris.
    Ce rendez-vous consiste en une déambulation le long du parc Montsouris à la découverte des photographies, commentées par les artistes eux-mêmes.
    PassagePhoto est une association représentée par un collectif de treize photographes. Originaire de la ville de Vitry-sur-Seine, capitale européenne du Street Art, cette association créée en 2014, s’inscrit dans cette mouvance en affichant ses œuvres dans les rues de la ville.

    Les photographes de PassagePhoto invitent les passants au voyage, au rêve et à la réflexion. Dans cette logique, l’association propose un accès libre à la culture photographique. En faisant découvrir leurs créations, ils participent d’une certaine manière à véhiculer leurs valeurs, inscrites au cœur de chacun de leurs clichés : le partage et la proximité.
    Les photographies sont exposées le long du Boulevard Jourdan sur les grilles du Parc Montsouris pour une durée de deux mois.

    Georges Grosz
    Immeubles, ouvrages d’art, usines, chantiers, il nous emmène dans
    son univers en nous faisant découvrir l’architecture dans tous ses états. Il nous montre ces lieux comme on aimerait, comme on pourrait les voir pour mieux les apprécier.

    Éric Chatron
    Dans le silence imposé au vacarme de la foule indienne, elle était là.
    Invoquant un lendemain meilleur, avec pour seuls relais ses mains.

    Claire Petit
    Comment aborder plastiquement et provoquer une réaction lorsque l’identité d’un être n’est plus visible ? Rendre visible l’invisible, faire évoluer le concept de portrait sont ses déclencheurs créatifs.

    Serge Bacheré
    Tout a volé en éclat lors de la rencontre avec les masques urbains, découverts un soir sur l’écran de son ordinateur. Ces masques, nés de l’urbanité, existent dans chaque ville… il suffit de lever le regard pour les trouver.

    Mikaël Lafontan
    De ses paysages intemporels s’exprime pleinement une forme de spiritualité animiste intrigante née de la valorisation d’un élément dans la composition qui ainsi isolé apparaît tel un totem.

    Vincent Bousserez
    Un monde miniature dans lequel de minuscules personnages vivent au cœur de nos objets du quotidien. Images parfois poétiques, douces, ou sarcastiques, toujours pleines d’humour.

    Eric Laforgue
    Son travail s’interroge principalement sur la place de l’homme dans la ville.
    Les photos sont prises sur le vif comme autant de séquences extraites d’un film. Il poursuit également un travail sur le portrait initié par la série « Portraits internes ».

    Céline Huard
    La série « Looping » a pris naissance au cours d’une déambulation nocturne, une balade nostalgique dans un monde de lumières. Elle offre une représentation d’un monde qui bouge, qui éclate de couleurs et de magie.

    Sandie Carol Dougnac
    Préférant la lumière naturelle aux flashs des studios, les paysages et les êtres vivants à la nature morte. Sa photographie s’inspire tout autant des paysages des fjords de son enfance que de la diversité culturelle des enfants de Vitry.

    Alexandre Lardeur
    Il aime travailler avec rien, un poisson, un verre d’eau, deux cailloux et une lumière. Sans montage, il est resté un photographe traditionnel.

    Michel Aguilera
    Représentation de la robe d’une victime inconnue, retrouvée parmi les décombres après l’explosion. En utilisant le calotype, il a voulu pénétrer au plus profond des vêtements et enregistrer physiquement les « émanations » de leurs traces. Ces traces de matières organiques, de sang, de peau, d’humeur, cette matière de la souffrance à jamais figée dans les fibres.

    Emmanuelle Bensimhon
    Emma B. photographie, aussi bien en couleurs qu’en monochrome, par amour des gens. Regarder vivre d’autres individus, dans d’autres lieux, essayer de saisir les instants du quotidien, qui ne tiennent pas de l’exceptionnel, mais de la vie dans son plus simple appareil.

    Herwann Perrin
    Le portrait féminin revu par Herwann. Sans retouche ni filtre, ce photographe apprécie les traits lisses et la peau plastique. Il prend pour modèle les mannequins, celles qui sont inanimées, dont il imagine une vie irréelle.

    Tirage Expo PICTO
    Type de fabrication : impression direct sur dibond

    Du 26 juin au 25 août 2016
    Lieu : Parc Montsouris
    2 Rue Gazan,
    75014 Paris

    Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePin on PinterestShare on TumblrShare on Google+Share on LinkedIn

    Comments are closed.